Posted on Laisser un commentaire

Aromathérapie culinaire, aromathérapie sensorielle

Avant même de parler d’aromathérapie culinaire, on peut parler d’aromathérapie sensorielle.
Selon moi, cette méthode est la plus indiquée pour transformer la prise interne d’une huile essentielle d’un moment pénible en un moment de plaisir. Et puisque le résultat thérapeutique demeure inchangé, pourquoi s’en priver ?
Pas besoin de devenir un chef toqué pour ça. Voici déjà quelques clés très simples : texte du blog d’André Bitsas 

L’huile végétale :
Elle vous servira à aromatiser vos salades ou à apporter la touche finale à votre préparation froide ou chaude.
L’avantage est que le problème de surdose est inexistant. La proportion d’huile essentielle doit tenir compte d’une macération assez longue.
Donc : n’en faites pas trop, puisque votre macérât vous servira plusieurs fois.
Comptez un maximum de 10 gouttes pour 100 ml d’huile végétale, par exemple :
du basilic, du romarin à verbénone, de l’estragon, du fenouil, du carvi… dans de l’huile d’olive
– du gingembre, du citron vert, de la citronnelle, de l’eucalyptus citronné... dans de l’huile de tournesol (dans ce cas, on est plus proche des notes d’Asie du sud-est)

Un jus de légumes ou un jus de fruits :
Arrangez-vous pour que votre jus soit fait maison et qu’il soit, en tout cas, aussi peu filtré que possible, ce qui facilitera l’émulsion.
Versez vos classiques deux gouttes d’HE dans un verre et agitez avant de boire, d’une traite ou à petites gorgées.

Les possibilités sont nombreuses :
– du basilic, de l’estragon, du carvi, du fenouil, du gingembre… dans un jus de carottes ou de tomates
– de l’essence de citron, d’orange ou de pamplemousse dans un jus d’agrumes, simple ou composé

Le yaourt nature
un simple pot de yaourt nature, ou de son équivalent végétal, est un excipient parfait pour n’importe quelle essence ou huile essentielle :
deux gouttes dans un petit pot individuel et mélanger simplement.
La dissolution sera parfaite et l’intensité gustative de votre HE sera réellement optimale !
C’est un procédé qui aide à faire passer les plus dures.
En termes de compatibilité culinaire, essayez en priorité le citron, l’orange, la mandarine, la bergamote, le pamplemousse, le géranium rosat, le gingembre

La tisane aromatique
Procédé simple et bien connu, réservé à toutes les huiles essentielles.
Versez 3 à 4 gouttes d’HE sur une cuillerée à café d’un miel plutôt liquide.
Cette dose supérieure tient des compte des pertes sur les parois et par évaporation.
Malaxez bien et couvrez du volume d’une tasse d’eau pas trop chaude.
En hiver, on peut agrémenter cette tisane aromatique du jus d’un demi citron.
Vous pouvez remplacer le miel par du sirop d’agave.
Essayez en priorité : le citron, le géranium rosat, la cannelle, le sapin baumier, le romarin

Le berlingot de crème
On mélange 1 à 2 gouttes d’HE au volume d’un berlingot de crème fraîche ou de son équivalent végétal (avoine, riz, soja…).
Bon truc pour napper un dessert ou pour épaissir une sauce en toute fin de préparation.
Essayez par exemple le géranium rosat : la crème aromatisée à cette HE agrémentera parfaitement une macédoine de fruits exotiques.

Dans le thé noir ou vert
Procédé classique mais qui demande du doigté et un certain temps de macération.
Dans un volume donné de thé vert ou noir – sec, bien sûr ! – conservé dans une boîte bien étanche, incorporez quelques gouttes d’HE.
Remuez le thé pour que l’odeur commence à se répandre de manière homogène.
On attend quelques jours avant de tester le résultat.
Ce qui s’y prête le mieux : la bergamote (le the Earl Grey, évidemment !), le géranium rosat, le gingembre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *