Posted on Laisser un commentaire

Comment apaiser la couperose

La couperose touche environ 15% de la population, et plus particulièrement les femmes (3 femmes pour 1 homme) au teint clair. Elle se caractérise par une rougeur sur certaines zones du visage : les joues, le nez, la zone médiane et parfois le menton. D’abord, les petits vaisseaux du visage se dilatent en passant brutalement du froid au chaud et donnent le feu aux joues, c’est le « flush ». Au bout de quelques instants, la rougeur disparaît, mais pas toujours. Car avec le temps et à force d’agressions, les petits vaisseaux perdent de leur élasticité et les rougeurs diffuses deviennent permanentes, c’est l’érythrose. Puis, les vaisseaux finissent par former des lacis rouges visibles par transparence – lestélangiectasies – sur les ailes du nez, les joues ou le menton.
Si la couperose est installée avec des rougeurs permanentes, le phénomène est irréversible et des soins ciblés limitent le préjudice esthétique.
Au stade des télangiectasies, la régression n’est plus possible, seuls des traitements au laser ou par électrocoagulation peuvent les faire disparaître.
La prévention est dès lors essentielle afin d’éviter l’exacerbation des symptômes.
Facteurs déclencheurs :
Le soleil et la chaleur
Le vent et le froid
Les écarts de température
Les excitants
Les plats ou les boissons trop chauds et les mets épicés
Les facteurs hormonaux de la ménopause
Certains médicaments
Les cosmétiques irritants

Si votre couperose est naissante, il est possible d’adopter une dermocosmétique sur mesure afin de prévenir l’apparition de télangiectasies disgracieuse ou de rosacée sur le long terme. Une alimentation revue, un nettoyage et surtout une hydratation de la peau seront au programme.
Si en revanche votre couperose est installée (petites veinules bien apparentes), il ne faudra pas espérer l’effacer avec la dermocosmétique. Votre dermatologue vous proposera peut-être l’électrocoagulation qui reste un procédé des plus efficaces. Rien ne vous empêche cependant d’adopter les gestes préventifs pour la suite…
Bien démaquiller, nettoyer et tonifier au quotidien :
Arrêtez le savon et les produits moussants trop alcalins et desséchants, ne laissez pas non plus l’eau de la douche ruisseler sur le visage. Le démaquillage ne doit pas être irritant, n’utilisez aucun produit avec alcool ou parfum. Enfin, les exfoliants en grains trop décapants sont à proscrire.
Ne frottez jamais trop vigoureusement votre peau quel que soit le soin que vous lui prodiguez.
Pour vous démaquiller :
Appliquez directement une huile végétale d’amande douce ou de noyaux d’abricot ou essayez le liniment oléo-calcaire : il désincruste les résidus du maquillage sans abîmer le film hydrolipidique.
Passez ensuite un coton imbibé d’hydrolat ou une éponge humide essorée pour essuyer. Pour nettoyer le visage en profondeur mais doucement, pas plus de 2 fois par semaine, adoptez l’argile blanche : déposez dans la main 1 cuillère à café d’argile et ajoutez un filet d’eau pour obtenir un lait.
Appliquez le mélange sur le visage en massant délicatement. Rincez à l’eau avant de sécher à la serviette.
Pour vous hydrater :
Tonifiez avec de l’hydrolat d’hamamélis astringent, ou un hydrolat au choix parmi ciste, immortelle (hélichryse italienne), camomille allemande. Vaporisez directement sur le visage et sécher en tamponnant délicatement.
Traiter les zones sensibles :
Matin et soir, un soin à base d’huiles végétales et essentielles, renforçant le réseau sanguin et prévenant l’inflammation, est indiqué. L’idée est d’appliquer sur les zones sensibles quelques gouttes d’un sérum huileux pénétrant, avant d’appliquer sa crème.
Sérum anti rougeurs pour 50 ml de sérum :
Dans un flacon en verre (ou en plastique) ambré, bleuté, ou en alu de 50 ml, versez successivement :
30 gouttes d’huile essentielle d’immortelle (helichrysum italicum)
15 gouttes d’huile essentielle de lentisque pistachier (pistacia lentiscus)
15 gouttes d’huile essentielle de ciste ladanifère (cistus ladaniferum)
10 gouttes d’huile essentielle de matricaire (matricaria recutita)
10 ml (environ 1 cuillère à soupe) d’huile végétale de calophylle ou d’arnica
Finissez de remplir le flacon avec de l’huile végétale de chanvre. Le sérum est tout vert, c’est normal car l’huile essentielle de matricaire contient beaucoup de chamazulène anti-inflammatoire qui la rend bleue comme de l’encre. Cette nuance verdâtre ne tache pas la peau.
ATTENTION : Ce sérum très concentré ne convient que pour une application locale SUR les zones couperosées, pas sur tout le visage !
Matin et soir, appliquez 3 à 4 fines gouttes de ce sérum vert émeraude sur la partie couperosée. Chauffez dans la main puis massez sans frotter trop fort, jusqu’à bien faire pénétrer. Le sérum sent très fort mais l’odeur s’estompera rapidement sous votre crème de jour. Si vous n’avez pas tous les ingrédients, vous pouvez vous passer de l’un ou l’autre, mais gardez les proportions et sachez que l’huile essentielle d’hélichryse est ici garante d’une efficacité renforcée.
Le sérum se conserve 12 mois à l’abri de l’air, de la lumière et de la chaleur. Il ne convient pas aux femmes enceintes ou allaitantes qui peuvent néanmoins utiliser la formule sans huiles essentielles.
Autres sérums anti-couperose :
Mélangez :
1/2 cuillère à café d’HV de carotte
1/2 cuillère à café d’HV de son de riz ou d’HV de germe de blé
Appliquez matin et soir sur les zones concernées
Hydrater et protéger :
Reste à appliquer votre crème de jour ou de nuit. Une bonne hydratation permet de mieux lutter contre les agressions extérieures. Vous pouvez choisir de remplacer vos produits conventionnels par une huile ou un beurre végétal riche en acides gras essentiels protecteurs ou d’optimiser votre crème préférée avec une huile essentielle.
En cas de couperose, choisissez votre crème de jour ou de nuit avec soin. Tentez de sélectionner une crème certifiée bio dont la formule contient, parmi les cinq premiers ingrédients, au moins deux huiles végétales protectrices de qualité (argan, chanvre, noyau d’abricot, macadamia, calendula, amande douce…).
Crème anti-couperose à l’hélichryse et au géranium
Ingrédients pour 50 ml de crème :
– 6 g cire d’abeille
– 15 g d’huile végétale de bourrache
– 18 g d’huile végétale de noyaux d’abricot
– 20 g hydrolat d’hélichryse
– 15 gouttes d’huile essentielle d’hélichryse (immortelle) italienne de Corse
– 10 gouttes d’huile essentielle de géranium rosat (origine Egypte pour la note de rose accentuée ou origine Bourbon pour ses nuances)
– 3 gouttes de vitamine E
– 10 gouttes d’extraits de pépins de pamplemousse ou conservateur 
Matériel nécessaire :
– Un bol en inox
– Un mini-fouet
– Une balance de cuisine ou une balance de précision
Un pot de 50 ml ou 100ml
Mode d’emploi :
1. Faire fondre au bain-marie la cire d’abeille dans l’huile végétale de noyau d’abricot.
2. Lorsque la cire est complètement fondue, enlever du feu et rajouter par filet l’hydrolat d’hélichryse en remuant « en 8 » au fond du bol à l’aide du mini-fouet. Eviter que la cire se solidifie sur les bords du bol.
3. Rajouter tout à la fin l’huile essentielle, la vitamine E et l’EPP.
4. Mettre en pot
Cette crème peut être appliquée matin et soir sur un visage propre en ciblant la zone atteinte de couperose.
La crème se conservera de 1 à 2 mois au réfrigérateur.
Contre-indications :
– Toute personne allergique à un des composants de la recette
– Déconseillé à la femme enceinte durant les 3 premiers mois de la grossesse.
Quand l’hiver est rude, votre crème de jour habituelle n’est peut-être pas suffisante pour protéger la peau. Le beurre de karité plus riche et plus occlusif sera votre meilleur allié, surtout en cas d’activités extérieures. Prélevez une noisette avec les doigts et frottez vos mains pour la faire fondre. Appliquez en léger massage, laissez bien pénétrer.
Vous pouvez vous aider du livre de Julien Kaibeck pour soigner les dermatoses et autres bobos de la peau au naturel : SOS peau au naturel
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *